Avertir le modérateur

mercredi, 25 juin 2008

Seuls two : secrets de tournage

 
1629206116.jpg
 
Seuls two. Depuis que j'ai vu la bande-annonce du dernier film d'Eric et Ramzy, une question me taraude : comment ont-il pu tourner dans un Paris "vide" ? Pourtant, on ne peut pas dire que je sois fan des deux "comiques" - surtout après avoir visionné le navet que constitue La Tour Montparnasse infernale. Mais je dois reconnaître que sur ce point là, ils ont fait fort. Et réussi à éveiller ma curiosité.
 

Lire la suite

samedi, 01 mars 2008

Récapitulatif de février 2008

76f30861867e99bef1c2b89dcacf2d3d.jpg
854f652735650f439e5d9df0a25b0bf2.jpg
 
 
Le film du mois :
 
c580fd813e4d42c583e2b3aa1e8e8c4a.jpg

 

 
Le coup de coeur du mois :
 
b6a4d5b5c34378b75ab6ef83c830197e.jpg
 
La déception du mois : 
 
2bca458b9837fab279ab9ed1a08135a1.jpg

 

 

 

 

 

 

  

jeudi, 28 février 2008

Paris

690a31a3546a42fd2164e3cd8f2e958c.jpg
 
 
Voir Paris n’a pas été aisé. A deux reprises, je me suis retrouvée devant une salle complète. J’ai donc dû réserver, ce qui signifie retirer son billet un quart d'heure avant le début de la séance. Maintenant que j’ai pris l’habitude de m’asseoir juste avant les premières images, grâce à ma carte illimitée, l’attente a été longue... Et pas vraiment bénéfique puisque j’ai été déçue par le dernier Klapisch.

C’est difficile à expliquer. Je dirais que je n’ai pas réussi à entrer dans le film. Malgré la brochette d’acteurs de renom (Romain Duris, Juliette Binoche, Fabrice Luchini, Albert Dupontel, François Cluzet, Karin Viard, Gilles Lellouche, Mélanie Laurent). Malgré la balade dans la capitale qui rappelle de bons souvenirs. Malgré la grosse promotion du film.

Je suis restée insensible face à l’histoire, à savoir un trentenaire mourant en attente de transplantation cardiaque (et pourtant, il en faut bien moins pour m’émouvoir !). Quant au fil conducteur, il m’a semblé tiré par les cheveux : le malade regarde les gens évoluer autour de lui et s’imagine leurs vies. Par ailleurs, je n’ai pas du tout aimé la façon dont a été tourné le générique de début, à coup d’aperçus de rues et de bâtiments, brefs et saccadés. Des éléments disparates et sans suivi, un peu à l’image de l’histoire.

Il faut aussi dire que, de manière générale, je ne suis pas fan des portraits croisés (mis à part Love Actually). Il me semble qu’ils ne font qu’effleurer la vie des personnages, tout en tentant par tous les moyens de les faire se rencontrer.

Quelques scènes m’ont tout de même fait sourire : la complicité de Romain Duris et Juliette Binoche, ainsi que le naturel de cette dernière, et la danse de Fabrice Luchini face à sa jeune maîtresse Mélanie Laurent. Tout de même, on est bien loin de L’Auberge espagnole ou Les Poupées russes.
 
 
Note : 5d9d41fd1ee6d3765b88f675bb931935.gif5d9d41fd1ee6d3765b88f675bb931935.gif7053801fdc7d2753df9b7ef16f7a0ac4.gif7053801fdc7d2753df9b7ef16f7a0ac4.gif7053801fdc7d2753df9b7ef16f7a0ac4.gif
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu