Avertir le modérateur

mercredi, 23 septembre 2009

Un Dernier pour la route teinté d'espoir

19130388_w434_h_q80.jpg

Ne plus savoir quelle heure il est, se sentir vaseux à longueur de journée, écouter les gens à moitié : François Cluzet a déjà donné. Des années durant, cet acteur tant discret que talentueux s’est perdu dans les méandres de l’alcool. Il a touché le fond. Et a mis du temps à sortir la tête de l’eau. «Les alcooliques, ce sont des gens qui souffrent le martyre, qui donneraient tout pour ne plus être comme ça», confie-t-il.

 

Lire la suite

jeudi, 28 février 2008

Paris

690a31a3546a42fd2164e3cd8f2e958c.jpg
 
 
Voir Paris n’a pas été aisé. A deux reprises, je me suis retrouvée devant une salle complète. J’ai donc dû réserver, ce qui signifie retirer son billet un quart d'heure avant le début de la séance. Maintenant que j’ai pris l’habitude de m’asseoir juste avant les premières images, grâce à ma carte illimitée, l’attente a été longue... Et pas vraiment bénéfique puisque j’ai été déçue par le dernier Klapisch.

C’est difficile à expliquer. Je dirais que je n’ai pas réussi à entrer dans le film. Malgré la brochette d’acteurs de renom (Romain Duris, Juliette Binoche, Fabrice Luchini, Albert Dupontel, François Cluzet, Karin Viard, Gilles Lellouche, Mélanie Laurent). Malgré la balade dans la capitale qui rappelle de bons souvenirs. Malgré la grosse promotion du film.

Je suis restée insensible face à l’histoire, à savoir un trentenaire mourant en attente de transplantation cardiaque (et pourtant, il en faut bien moins pour m’émouvoir !). Quant au fil conducteur, il m’a semblé tiré par les cheveux : le malade regarde les gens évoluer autour de lui et s’imagine leurs vies. Par ailleurs, je n’ai pas du tout aimé la façon dont a été tourné le générique de début, à coup d’aperçus de rues et de bâtiments, brefs et saccadés. Des éléments disparates et sans suivi, un peu à l’image de l’histoire.

Il faut aussi dire que, de manière générale, je ne suis pas fan des portraits croisés (mis à part Love Actually). Il me semble qu’ils ne font qu’effleurer la vie des personnages, tout en tentant par tous les moyens de les faire se rencontrer.

Quelques scènes m’ont tout de même fait sourire : la complicité de Romain Duris et Juliette Binoche, ainsi que le naturel de cette dernière, et la danse de Fabrice Luchini face à sa jeune maîtresse Mélanie Laurent. Tout de même, on est bien loin de L’Auberge espagnole ou Les Poupées russes.
 
 
Note : 5d9d41fd1ee6d3765b88f675bb931935.gif5d9d41fd1ee6d3765b88f675bb931935.gif7053801fdc7d2753df9b7ef16f7a0ac4.gif7053801fdc7d2753df9b7ef16f7a0ac4.gif7053801fdc7d2753df9b7ef16f7a0ac4.gif
 
 
 
 
 
 
 
 
 

jeudi, 14 février 2008

Les Liens du sang

47a6bba571e27c95e4d770c1e6f48fc9.jpg

Lyon, fin des années 1970. Après dix ans de prison, Gabriel (François Cluzet) retrouve les siens. Son père, malade. Sa sœur, mariée. Et son jeune frère, François (Guillaume Canet), inspecteur de police dans le Groupe de répression du grand banditisme. Avec ce dernier, les retrouvailles sont tendues. François n’a-t-il pas lâchement abandonné Gabriel lorsqu’il était emprisonné ? Gabriel, lui, n’a-t-il pas le chic pour se présenter comme la victime alors qu’il est coupable ?

Au fil des jours, les deux frères réapprennent à se connaître. Gabriel trouve du travail et rencontre une jeune femme. François tombe lui aussi amoureux. La famille est à nouveau réunie. Jusqu’au jour où Gabriel replonge... Flic ou voyou, difficile de camper sur ses positions lorsque les liens fraternels sont en jeu.

L’origine de ce film ? Une histoire vraie, racontée dans le livre de deux frères, Bruno et Michel Papet. Point fort, Jacques Maillot, le réalisateur, ne juge aucun des personnages, quelles que soient leurs forces et leurs faiblesses. Il prend toutefois quelques libertés par rapport à l’ouvrage.

François Cluzet interprète magnifiquement le personnage du bandit, tout aussi grave et dur que généreux et enfantin. Les traits fermés et violents se transforment rapidement en un large sourire, rendu attachant par ses dents du bonheur. Sa prestation m’a époustouflée !

Côté réalisation, j’ai adoré l’ambiance 70’s, recréée par une photographie au grain brut et aux couleurs vintage. Sans oublier les codes de l’époque : moustaches et cheveux longs, pantalons moulants et clope au bec. Un très bon polar à la française !



Note : 10846e2c8c0cba7e5ed411f795b472ca.gif10846e2c8c0cba7e5ed411f795b472ca.gif10846e2c8c0cba7e5ed411f795b472ca.gif10846e2c8c0cba7e5ed411f795b472ca.gif158f196288800d161abd07b3db33c4c2.gif







 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu