Avertir le modérateur

mercredi, 12 août 2009

La Bande à Baader : rebelles ou assassins ?

Image 2.jpg

La Bande à Baader. Un nom qui sonne comme un couperet. Symbole de terrorisme, d’assassinats, de psychoses, de justice mais aussi d’injustice. La Fraction armée rouge (RAF), née en 1968 et menée par Andreas Baader, opère en Allemagne de l'Ouest pendant les années 1970 et 1980, contribuant au climat des années de plomb. Comme de nombreuses organisations révolutionnaires d'extrême gauche, elle prône la lutte armée afin d’empêcher le capitalisme de gangrener la société. Les autorités, elles, la considèrent comme terroriste. Attentats, enlèvements et assassinats spectaculaires sont perpétrés par ses membres jusqu’en 1998, date de la dissolution officielle du groupe. Au total, le mouvement aura assassiné 34 personnes.


18994380_w434_h_q80.jpgCette histoire m’intéresse. Déjà, parce qu’elle fait partie de l’Histoire avec un grand "H". Ensuite, parce qu’elle s’inscrit plus ou moins dans l’actualité avec la libération de Brigitte Mohnhaupt, affaire qui avait retourné l’Allemagne en 2007. Et enfin, parce que les mouvements révolutionnaires m'ont toujours fascinés : comprendre quelles motivations peuvent pousser des gens à tuer sous prétexte de créer une meilleure société. Toujours cette même problématique des Justes, d'Albert Camus.

Avec La Bande à Baader, le réalisateur Uli Edel adapte un ouvrage éponyme de Stefan Aust relatant l'épopée de la bande. Cet ouvrage est devenu une référence historique en la matière. Le sujet a déjà inspiré les réalisateurs, notamment Christopher Roth avec Baader (2002).

Image 3.jpgLe film est très prenant, bien rythmé, bien mis en scène et filmé. Accompagné d’extraits documentaires, on se croit en permanence dans la lutte de ces jeunes anarchistes, au sein de leur bande, de leurs actions.

J’ai particulièrement aimé (même si c’est douloureux) le changement d’Ulrike Meinhof, le passage entre la journaliste d’extrême gauche qui pense changer le monde par ses écrits et l’activiste tourmentée prête à abandonner ses enfants et sacrifier son compagnon pour des idéaux qu’elle ne parvient plus à totalement cerner. Un film passionnant, que je vous recommande chaudement !

Commentaires

J'ai beaucoup beaucoup aimé ce film aussi et notamment effectivement le personnage d'Ulrike Meinhof qui est très intéressant. Andreas Baader y est plutôt dépeint comme une sorte de fou narcissique, qui drape cela dans de pseudos revendications politiques... mais la plupart des témoignages s'accordent à dire qu'il était réellement comme ça.
Pour militer au sein de mouvements d'extrême-gauche, anticapitalistes, voire pour certains anarchistes (ce que je ne suis pas) et libertaires (ce que je suis), je JURE que ce film et cette problématique est d'une actualité brûlante. Et la fascination encore exercée par, en vrac, Che Guevara, Baader et d'autres partisans de la lutte armée dans ces milieux le prouvent bien (et je ne m'exclue pas du lot, je ne suis pas meilleure que quiconque, la question de la légitimité de la violence n'est pas résolue dans mon petit cerveau).
Bon, vraiment un super film, quoique un petit passage à vide vers les 2/3...

Écrit par : Charlène | mercredi, 12 août 2009

Salut Charlène ! Merci pour ton avis, comme toujours, riche et intéressant ! Dans quels mouvements d'extrême-gauche milites-tu ?

Écrit par : Audrey | samedi, 15 août 2009

NPA, ATTAC, Société Louise Michel. Des trois, le NPA se revendique plus à gauche que les autres et les traitent de "soc'dem" (sociaux-démocrates, insulte la plus forte après "faf" - fachiste - dans ces milieux-là) :-) mais tout est relatif...

Écrit par : Charlène | lundi, 17 août 2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu