Avertir le modérateur

mardi, 28 juillet 2009

Guerre et paix dans J'ai tué ma mère

19106337_w434_h_q80.jpg

J’ai tué ma mère est un film dont on ne ressort pas indifférent. Quelle que soit la nature de la relation que l’on entretient avec sa propre génitrice.

Note :

Rating_star.solid.gifRating_star.solid.gifRating_star.solid.gifRating_star.solid.gifRating_star.half.gif

 

 


19106335_w434_h_q80.jpgJ’ai tué ma mère est le premier film d’un jeune Québécois, Xavier Dolan. Tout juste 20 ans mais une maturité digne de la cinquantaine, une culture comme l’on en rencontre peu, aussi impressionnant sous sa casquette de réalisateur que celle d’acteur. Son film, autoproduit et à peine sorti de la table de montage, est sélectionné par la Quinzaine des réalisateurs. A Cannes, il loupe la Caméra d’or mais rafle l’Art Cinema Award, le prix de la SACD et le Regards Jeunes 2009. En un mot, un génie. Et le traits angéliques, en plus de tout.

J’ai tué ma mère est l’histoire, en partie autobiographique, d’un ado de 16 ans, Hubert, qui entretient une relation fusionnelle, faite d’amour et de haine, avec sa mère. Fils unique. Père absent. Xavier Dolan y décrit la force de ce lien filial, placentaire, qui unit toute mère avec sa progéniture, quels que soient leurs antagonismes. Les accrocs de l’adolescence où l’on se cherche et où l'on entre en rébellion avec son entourage. L’homosexualité et la difficulté à faire respecter sa différence. Le corps en souffrance, l’esprit en errance. La quête d’une réalité qui nous échappe.

19122029_w434_h_q80.jpgJ’ai tué ma mère se conjugue à tous les temps et toutes les personnes. Une histoire qui est celle de tous. Dans laquelle chacun relève une scène familière – comme cette façon de manger en laissant de la nourriture dans le coin de la bouche ou cette manie de demander de faire des sondages auprès des « petits camarades ».

J’ai tué ma mère est un condensé de poésie à projeter sur écran. Les plans totalement décadrés (le personnage se situe en bord de cadre et regarde à l’extérieur), l’alternance de scènes de la vie quotidienne, de confessions face caméra en noir et blanc et d'œuvres artistiques, ou encore la bande-son en font une œuvre riche, complexe, imaginative, lyrique, touchante.

 

Commentaires

Film pas mal c'est sur, la réalisation est exceptionnelle, très artistique et très efficace, les musiques sont astucieusement choisies. La seule chose qui me gène c'est vraiment le psychique des personnage qui est vraiment heu... spécial. Difficile de s'identifier complètement à eux car leurs réactions sont excessives au possible. Ensuite le scénario, il n'est pas ce qu'on peut appeler "prenant". Dommage, ces petits défauts me font ressentir le film comme un genre de brouillon, un entrainement. J' attend avec impatience le prochain film en tout cas, de ce jeune réalisateur plein de talents !!

Écrit par : Azureyes | mardi, 28 juillet 2009

Oui, il y a un côté un peu brouillon. Qui contribue à mon sens au charme du film. Après, je ne trouve pas forcément les réactions excessives lorsqu'on les replace dans le contexte : fils unique, père absent, relation fusionnelle, fatigues de la vie quotidienne, sentiments trop intériorisés, etc.

Écrit par : Audrey | jeudi, 30 juillet 2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu