Avertir le modérateur

mardi, 21 juillet 2009

Le Hérisson : piquant et élégant tout à la fois

josiane.jpg

D’extérieur, elle est vilaine, grosse et revêche. Mais à l’intérieur, elle possède l’élégance du hérisson. C’est ainsi que Paloma, presque 12 ans, perçoit la concierge de son immeuble de «riches bourgeois». Fatiguée de sa mère qui entretient «un rapport étroit» avec les antidépresseurs, sa sœur dont la vie est une lutte de chaque instant pour éviter de suivre le même chemin et son père, ministre concerné par un remaniement gouvernemental, la jeune surdouée décide de se suicider le jour de son anniversaire. Et de filmer sa vie jusqu’à cette date fatidique. Mais voilà que deux nouveaux personnages bouleversent ses plans et l’éloignent de la vie qu’elle craint - enfermée dans un bocal à poissons rouges - : Renée, la concierge amoureuse de littérature, et Kakuro, le voisin japonais intelligent et civilisé.

Note :

Rating_star.solid.gifRating_star.solid.gifRating_star.solid.gifRating_star.solid.gifRating_star.empty.gif

 

 


 

fille.jpgVoilà un très beau film et de magnifiques portraits que dresse la réalisatrice Mona Achache, dans un long-métrage librement adapté du roman de Muriel Barbery, L’élégance du hérisson. Un hommage à la curiosité, à l’ouverture sur autrui, à la tolérance. La beauté n’est pas forcément celle que l’on croit, ni l’intelligence où on la pense.

deux.jpgMona Achache parvient à raconter cette belle histoire sans aucun manichéisme. Il évite avec justesse l’écueil d’une première partie du film montrant une Renée seule et acariâtre tandis que la seconde partie traiterait de sa métamorphose en une femme plus belle et plus heureuse. Non, le changement se fait en douceur, par la finesse des dialogues, l’humour distillé avec parcimonie et intelligence, la très bonne interprétation d’un trio d’acteurs improbable : Josiane Balasko en Renée, très sobre mais surtout très forte pour affronter son image de vieille femme, Togo Igawa en Kakuro, gentleman à souhait, et Garance Le Guillermic (vraiment âgée de 12 ans) en Paloma, intelligente, perspicace et un brin hautaine.

La mise en scène est par ailleurs très riche. Les bricolages, découpages, créations et jeux de Paloma sont ainsi géniaux et enrichissent considérablement le film. Surtout ses dessins, toujours au feutre noir, pour rappeler les techniques de calligraphie japonaises. Qu’elle les réalise sur le mur de sa chambre, en forme de fresque, ou sur des dizaines de petites feuilles, afin de créer une animation, l’ensemble est extrêmement poétique.



Commentaires

J'ai lu le bouquin et je dois dire que j'imaginais le personnage tel que le compose physiquement Balasko.

Écrit par : Fran | mardi, 21 juillet 2009

J'ai vu le film hier.C'est une petite merveilleuse :jeux d'acteurs fabuleux,scénario original, sensibilté omniprésente.On ne voit pas le temps passer.Bravo

Écrit par : ptitcorpsmalade | mercredi, 22 juillet 2009

Plutôt que la mine sévère de Josiane Balasko, j'ai préféré la décontraction de Bernard Campan dans "Une semaine sur deux". Pas révolutionnaire, ça!
Mais des instants savoureux du genre " Sur 10 mecs y'a 11 cons".
Et aussi ce curieux glissement sémantique: catholique pratiquant c'est de la même teneur que homosexuel,impuissant, végétarien,anti-mômes, etc... ceci pour une femme qui aspire à se "recaser sans problèmes"!!!
Vous me direz, on est toujours le juif de quelqu'un.
Free Hugs pour tous!

Écrit par : claude | jeudi, 23 juillet 2009

Un film magnifique et bouleversant.

J'avoue avoir pleuré à chaudes larmes en ressortant... Aucun film ne m'avait fait cet effet depuis "Les Invasions Barbares".

Balasko est magnifique et son personnage a une portée "universelle" (elle se sent moche, a un jardin secret,...).

La fin est particulièrement brutale mais rappelle la brièveté et la beauté de la vie.

Écrit par : Lionel | vendredi, 24 juillet 2009

> Lionel : Excuse-moi, j'avais oublié de te répondre la dernière fois... C'est marrant de te trouver ici :-) Tu as vu la petite interview de Gérome que j'avais fait pour mon blog ? (http://cinema.20minutes-blogs.fr/archive/2008/10/30/gerome-barry-etudiant-a-la-femis.html) Ca va sinon ?
Pour Le Hérisson, j'ai aussi trouvé la fin du film très brutale (j'y suis peu habituée avec les films français), peut-être un chouïa bâclée par rapport à la poésie qui émane du reste du film.

Écrit par : Audrey | jeudi, 30 juillet 2009

voir blogmotte.fr

Écrit par : Laurette Testi | lundi, 21 décembre 2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu