Avertir le modérateur

jeudi, 19 février 2009

Le scripte veille à la continuité chronologique du film

 

DSCF1162.JPG


Benoît Salvi est scripte à Paris depuis six ans. Encore un métier peu connu. Aussi appelé secrétaire de plateau, il est l'auxiliaire du réalisateur et du directeur de production. Il veille à la continuité de l'œuvre cinématographique en prenant de nombreuses notes. Car une fiction n’est jamais tournée dans un ordre chronologique. C’est un puzzle dont les éléments sont filmés un par un, dans le désordre, puis assemblés au montage.



Quel est le rôle exact d’un scripte ?
Le scripte est garant de la bonne continuité du film. Dans ce but, en préparation, il participe aux discussions autour du découpage et établit la continuité chronologique du film. Sur le tournage, il s’assure de la prise du matériel nécessaire au montage, il veille aux différents raccords (accessoires, costumes, jeu…) et établit les rapports montage, image et production.

Comment s’organisent vos journées ?
Après un transport vers le lieu de tournage (l’occasion de se remettre en tête le programme de la journée), la journée commence fréquemment par un point avec le réalisateur.
Ensuite le tournage de chaque plan s’enchaîne. J’utilise le temps d’installation pour préparer mes rapports et vérifier que les comédiens portent les bons costumes, que les accessoires utiles sont bien disposés là où ils doivent. Les répétitions permettent de vérifier le dialogue, de chronométrer le plan et de commencer à prendre toutes notes utiles dans le scénario. Les temps de tournage sont occupés à affiner ou corriger mes notes, à compléter mes rapports, à chronométrer la durée réelle du plan… A la fin de chaque prise, je peux signaler tout oubli ou autre à la personne adéquate et profiter du temps de remise en route pour faire mes photos raccords. En fin de tournage d’un plan, le réalisateur me précise quelles sont les prises retenues.
La journée de travail se termine à la maison en mettant mes différents documents au propre, en imprimant mes photos raccords puis en préparant la journée du lendemain.

Quel aspect de votre métier préférez-vous ?
Il s’agit évidemment de tout ce qui tourne autour du découpage voulu par le réalisateur pour le film. Cela va des discussions en préparation – sur base du storyboard ou du découpage écrit – au regard critique à avoir sur les images qui se tournent ensuite.

Quelles relations entretenez-vous avec les réalisateurs ?
C’est une relation très proche faite de confiance. D’abord, parce que je libère au mieux – et au plus - le réalisateur de tout souci de raccords et de tout souci de montage. Ensuite, parce qu’au-delà du premier assistant réalisateur occupé par la mise en place concrète du tournage et du chef opérateur-cadreur rivé à l’objectif, je suis souvent le premier à pouvoir donner un retour artistique sur ce qui se tourne. Et pratiquement, parce que présent plus ou moins tôt en préparation, nous avons eu plus de temps pour nous apprivoiser que ne le pourra un technicien découvert le premier jour de tournage.
Si, pour une raison ou une autre, la confiance ne s’établit pas, c’est le début d’un tournage tendu et parfois agressif.

Comment se déroule le travail avec les acteurs ?
Cette relation peut-être extrêmement variée suivant les individus. Sans doute en fonction de leur notoriété et de l’image qu’ils ont d’eux-mêmes. Mais, en général, une ambiance cordiale s’établit parce qu’elle les rassure quant à l’attention que nous pourrons leur porter en dehors et pendant la prise de vues.

Sur quel film avez-vous préféré travailler ?
Aujourd’hui, le film qui m'est cher est On ne devrait pas exister de HPG. Le titre n’est que le début des interrogations du réalisateur et l’ensemble, à la hauteur, est juste passionnant.

Quelle est votre actualité ?

Ce sera la sortie prochaine en salles de J’ai rêvé sous l’eau de Hormoz avec Caroline Ducey et Christine Boisson et de L’enfance du mal d’Olivier Coussemacq avec Pascal Greggory, Ludmila Mikael et Anaïs Demoustier.

 

Vous pouvez retrouver Benoît Salvi sur son site perso.

 

Commentaires

Enquête fort intéressante lorsqu'on sait que le développement de la vidéo met assez souvent en évidence des erreurs de raccord dans les costumes par exemple...Bravo pour vos investigations!

Écrit par : michel | vendredi, 20 février 2009

Merci :-)

Écrit par : Audrey | vendredi, 20 février 2009

Sans scripte il ne peut y avoir de film, mais souvent un métier dédié au sexe faible ;pour leur qualité d'écoute et de sérieux ?

Écrit par : gumbau | dimanche, 22 février 2009

je suis aussi scipte dépuis une année votre experience enrechi ma petite connaissacemerci

Écrit par : salma hobbi | jeudi, 27 août 2009

Je vous signale un site dédié au métier de scripte, où l'on trouve une mine d'informations sur le métier, des fiches pratiques, des témoignages, une bibliographie, un blog " le journal d'une scripte": le quotidien d'une scripte en direct d'un plateau de long métrage, un panorama des formations, un forum.

www.scriptecinema.com

Écrit par : Scripte cinema | samedi, 06 février 2010

super interview

Écrit par : Film xxl 18 | dimanche, 04 avril 2010

merci

Écrit par : xxl video | mercredi, 05 mai 2010

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu