Avertir le modérateur

jeudi, 01 janvier 2009

La Marche de l'empereur : un incroyable et magnifique spectacle !

18388509_w434_h_q80.jpg

Voilà un moment qu’un film ne m’avait pas émue. Emue au point de pleurer. Je n’aurais jamais cru que ce sentiment puisse être provoqué par un documentaire animalier. C’est pourtant ce qui est arrivé avec La Marche de l’empereur de Luc Jacquet.

 


18388512_w434_h_q80.jpgLa Marche de l’empereur, ce sont des colonies de plusieurs milliers de manchots empereurs qui vivent en Terre Adélie, territoire inhospitalier de l’Antarctique. A la saison des amours (mars/avril), ils quittent l’océan et parcourent des centaines de kilomètres pour se retrouver sur une terre glacée, à la limite de la banquise. Là, débute la recherche de l’âme sœur, la parade amoureuse et enfin la ponte, deux mois plus tard. S’en suivent alors des incessants trajets, où le mâle et la femelle, après près de quatre mois de jeun, se rendent à l’océan se nourrir et faire des réserves pour leur petit. Ils risquent à tout moment de mourir des intempéries et des prédateurs. Dans l’unique but d’assurer la survie de leur espèce.

La Marche de l’empereur, ce sont des images magnifiques de ces superbes animaux. Des gros plans sur leur pelage luisant, leur cou mis en valeur par un dégradé d’orange et de jaune, leur dégaine affectueuse et amusante. De grandioses (et ô tellement émouvantes !) séquences sur la danse de la reproduction, la découverte de l’œuf, l’éclosion, la protection du bébé sous le pli de plumes ou encore les premiers pas du poussin. Les documentalistes n’ont rien raté de ces moments privilégiés et ont su les magnifier.

18388515_w434_h_q80.jpgLa Marche de l’empereur, ce sont les douces et justes voix de Charles Berling, Romane Bohringer et Jules Sitruk, qui personnifient délicatement ces beaux manchots. Et surtout, surtout, la voix envoûtante et la musique ensorcelante d’Emilie Simon, composée pour le film. J'ai particulièrement aimé To the dancers on the ice, The Frozen world et Song of the storm.

La Marche de l’empereur, c’est enfin une prouesse technologique et humaine. Luc Jacquet, le réalisateur, a filmé avec deux cameramen les colonies de manchots pendant une année entière et à des températures oscillant entre – 30 et – 60°. Sans compter les vents violents, soufflant à plus de 200 km/h, qui ont failli coûter la vie aux deux cameramen. Les 60 kg de matériel, transportés quotidiennement les documentaristes, ont été spécialement construits pour supporter ces conditions climatiques extrêmes.

Un film époustouflant !

 



Commentaires

Dur dur d'etre un pingouin ,d'accord ,mais de là a avoir les larmes aux yeux!!
Comme pour "Le Grand Bleu" la version americaine (est exempte de voix des pingoins)la musique d'Emilie Simon n'a pas ete retenue (pour le Grand Bleu ce changement de musique originale à conduit le film vers le flop,etonnant non?)

Écrit par : gumbau | jeudi, 01 janvier 2009

Oui en effet sublime film

Écrit par : france | lundi, 02 février 2009

superbe long métrage 2h de reves

Écrit par : film xxl 18 | mardi, 25 mai 2010

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu