Avertir le modérateur

vendredi, 05 décembre 2008

Mensonges d’Etat, un thriller du genre confus

18992357_w434_h_q80.jpg


Il est intelligent, aime l’action et parle parfaitement l’arabe. Roger Ferris est l’un des meilleurs agents de la CIA au Proche-Orient. Sa mission ? Infiltrer le réseau d’un terroriste basé en Jordanie, Al-Saleem. Pour l’aider, Ed Hoffman, vétéran des renseignements américains qui n’en fait qu’à sa tête, et Hani, chef des renseignements jordaniens, peut-être trop serviable pour être honnête. Une question se pose alors : jusqu'où peut-il leur faire confiance sans mettre son opération, et surtout sa vie, en danger ?

Note :

Rating_star.solid.gif

Rating_star.solid.gif

Rating_star.solid.gifRating_star.empty.gifRating_star.empty.gif

 

 


Après avoir vu American Gangster l’an dernier, et bien sûr Gladiator, Alien, Blade Runner ou encore Thelma et Louise, le dernier film de Ridley Scott déçoit. Déjà, le scénario manque d’originalité : un film d’espionnage, entre les Etats-Unis et le monde arabe, il y a comme une impression de déjà-vu - mais peut-être est-ce aussi parce que j’ai vu Secret défense récemment. Mais surtout, l’histoire n’est pas traitée de manière originale. Si le début marche bien, on se lasse vite des nombreux rebondissements qui n’en sont pas vraiment et s’essoufflent rapidement.

L’idée de Roger Ferris, à savoir provoquer un faux attentat afin d’éveiller la curiosité d’Al-Saleem, est plutôt intéressante. Mais elle tombe rapidement à l’eau. Quant à l'idée de faire tomber amoureux d’une Jordanienne Roger Ferris et de le rendre ainsi totalement vulnérable, cela paraît vraiment trop facile.

Leonardo Di Caprio n’est pas trop mal dans ce rôle. Dans le genre, je l’avais toutefois préféré dans Les Infiltrés de Martin Scorsese, face à Matt Damon. Russell Crowe, lui, ferait bien de faire un régime... On le reconnaît de moins en moins.

Quant à la mise en scène et la photographie, évidemment nerveuses et artistiques (il s’agit de Ridley Scott tout de même !), elles ne parviennent pas à rattraper le film. Si l'on est loin de passer un mauvais moment, Mensonges d’Etat reste un film pour les aficionados de thrillers d’espionnage et d’action. Attention, toutefois, aux scènes de torture peu nombreuses mais très dures.


Commentaires

Alors tu es allée le voir finalement ;-)

Je suis un peu déçu que tu ne l'ai pas plus apprécié que ça. Mais je comprends très bien ton point de vue. Certes il y a quelques rebondissements un peu moyen, et peut être effectivement le fait que tu ai vu Secret Défense juste avant, cela a pu jouer sur ton appréciation du film.

Pour ma part j'ai vraiment accroché à l'histoire. Certes elle peut paraître un peu déjà-vue, mais le fait que Ridley Scott reste neutre et ne prends aucun parti tout le long du film, je trouve que c'est là tout l'intérêt et c'est ce qui le différencie des autres. Et puis on en apprends beaucoup sur le monde arabe. On voit par exemple que les services secrets Jordaniens sont beaucoup efficaces que la CIA, on voit que le gouvernement Américain n'hésite pas à sacrifier ses agents infiltrés sur le terrain, surtout ceux recrutés sur place.. Il y a une grande part de réalisme dans le film.

Concernant le jeu des acteurs, j'ai vraiment bien apprécié également ! Je donne une mention spéciale évidemment à Léonardo Di Caprio, il joue super bien, il est à fond dans ses rôles. Tout comme dans Blood Diamond, il m'a persudé qu'il était l'un des meilleurs acteurs de sa génération. Et puis il y a Russel Crowe, parfait dans ce rôle de fonctionnaire détestable. Je suis quand même de ton avis, à savoir que c'est dommage de le voir aussi bedonnant. Mais je me suis mis à espérer que c'était pour les besoins du film.. Il y a une scène que j'ai particulièrement apprécié, celle où il dit à son fils qui est au toilette de faire attention à bien viser la cuvette, tout en donnant des ordres à son agent sur le terrain, grâce à son oreillette.. Cela peut paraître tellement vrai et tellement effrayant en même temps !

Autrement je suis d'accord avec toi que c'est un peu facile d'utiliser une histoire d'amour pour mettre en danger le héros, mais il faut aussi dire que ce n'est pas d'une Jordanienne dont Di Caprio tombe amoureux mais d'une Iranienne ;-) Et je pense que ça peut faire une différence, compte tenu justement de l'actualité entre les Etats-Unis et l'Iran.. Le réalisateur à peut être voulu tenter un rapprochement entre les deux pays, un dialogue.. Enfin on peut aller loin dans l'interprétation, mais c'est un peu comme cela que je l'ai perçu..

Enfin, pour finir, il est possible que je sois un aficionados de thrillers d’espionnage et d’action, mais j'ai trouvé ce film vraiment prenant et assez réaliste. En tout cas, ça fait plaisir de voir que tu t'es laissé tenter toi aussi par ce film :-)

Écrit par : loolook | vendredi, 05 décembre 2008

Merci beaucoup pour ta critique qui est bien mieux que la mienne (et deux fois plus longue) ! J'avoue que j'ai été déçue par le film (mais peut-être, aussi, parce que l'on m'en avait dit beaucoup de bien). Mais j'aurais dû davantage détailler mes arguments afin de mieux défendre mon point de vue. Chose que j'ai un peu baclée par manque de temps...
Merci, aussi, d'avoir relevé l'erreur entre Jordianne et Iranienne.

Écrit par : Audrey | samedi, 06 décembre 2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu