Avertir le modérateur

mercredi, 29 octobre 2008

W. : Oliver Stone s'attaque à Bush

Image 2.jpg


Oliver Stone, spécialiste des films sur l’histoire américaine (Né un 4 juillet, JFK, Nixon), s'attaque cette fois-ci à un autre monument : George W. Bush. Décidemment, la fin de mandat du 43e président des Etats-Unis aura inspiré les réalisateurs. Portrait d'un homme passé du statut d'alcoolique notoire à celui de président de la première puissance mondiale...

 


Pour W. - L'improbable Président, Oliver Stone aura eu beaucoup de difficultés à trouver un acteur et des financements nécessaires. La majorité des studios craignaient en effet de faire un film sur un président impopulaire.

Pour incarner le président, le réalisateur a choisi l'acteur Josh Brolin, qui a connu une année 2007 faste avec No country for old men, Dans la vallée d'Elah et American Gangster. Le comédien a tout d'abord exprimé des réticences, se sentant insulté. Votant Démocrate, il ne se voyait pas vraiment dans la peau du président américain. "Mais je me suis dit que c’était un rôle extraordinaire pour un acteur, avec un excellent réalisateur. Je ne pouvais pas passer à côter", a-t-il confié sur le plateau du Grand Journal de Canal+.

Mais Oliver Stone et Josh Brolin voulaient comprendre George Bush : comment une personnalité aussi éloignée de la politique a pu accéder à la fonction suprême de la première puissance mondiale. Oliver Stone assure : "Bush est sous-qualifié pour le poste. C’est pourquoi il est si agressif.
Il se définit comme étant le président de la guerre. Il ne voit pas les erreurs qu’il a pu faire."


Pour Josh Brolin, George W. Bush est "quelqu’un qui a eu une incidence très forte sur notre monde." Et de préciser : "Il a eu un impact direct sur chacun d’entre nous avec les choix qu’il a faits. Il faut réhumaniser cette personne. Il présente des qualités relationnelles mais il s'avère incapable de revenir sur son passé. Il veut être aussi fort que son père."

 

 

Commentaires

Stone s'attaque à un personnage qui le fascine. Son identification à W est évidente. Il fait de W un personnage shakespearien, comparable au l personnage détestable joué par Daniel Day Lewis. dans There Will be blood. Il s'agit ici de la tragédie de la transmission impossible père/fils. J'exhorte les spectateurs à se demettre de l'attitude beniouioui ou hahaha - caractéristique du public de ce pays- anti-bush. Le film de Stone - au delà de l' attaque d'un héros malheureux - est une illustration du fonctionnement de la présidence aux États Unis, UN JOINT-COMMAND. La référence à "Jacques " est une dérision de tel ou tel autre système, qu'on ne s'y trompe pas. Je crois que ce film fera plus pour Mac Caine que pour Obama. L'acteur jouant W est fantastique, "exhilaraing" et émouvant, Laura est une beauté d'épouse-modèle. Comparez ce film à celui de (j'oublie son nom) qui attaquait Bush, et vous comprendrez la différence entre un brulöt produit par la haine, et une oeuvre pleine de souffle sortie de l'empathie. Voir ce film.

Écrit par : max | samedi, 01 novembre 2008

Merci de votre commentaire très intéressant. Je n'ai pas encore vu "W" pour mieux en juger. Mais j'imagine bien qu'il doit être très différent du "Being W" de Karl Zéro - si c'est bien à ce film que vous faites allusion.
Je ne suis toutefois pas convaincue de la comparaison avec Daniel Day Lewis dans "There will be blood", mais pourquoi pas.
Par contre, que voulez-vous dire par "Joint-command" ?

Écrit par : Audrey | dimanche, 02 novembre 2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu