Avertir le modérateur

jeudi, 20 mars 2008

Thierry Bourcy, la passion de l'écrit

d27ccbcef5bb7dd8e9b8cb0ba570817f.jpg

 

Les mots sont sa passion mais aussi son métier. Thierry Bourcy est scénariste depuis 1985, essentiellement pour la télévision. Ce qui ne l'empêche pas d'écrire des pièces de théâtre, des chansons, des romans, et de réaliser des courts-métrages et des documentaires. Un parcours complet, entamé par un DESS de psycho-pathologie et une licence de linguistisque.


Quel scénario avez-vous préféré écrire ?
La tranchée des espoirs avec Jean-Louis Lorenzi pour France 2 et Arte. Et, à titre personnel, Le célibataire (non tourné) avec Bernard Revon, le scénariste de François Truffaut qui m’a formé.

Quel scénario auriez-vous aimé écrire ?
Les enfants du Paradis pour les dialogues. Un jour sans fin pour la construction. La garçonnière pour tout.

Quel est votre film préféré ?
Ça dépend des jours… Il y a La garçonnière de Billy Wilder, Les sept samouraïs d’Akira Kurosawa, La nuit du chasseur de Charles Laughton, Les demoiselles de Rochefort de Jacques Demy, Les enfants du paradis de Marcel Carné, La mort aux trousses d’Alfred Hitchcock, Eyes wide shut de Stanley Kubrick, En quatrième vitesse de Robert Aldrich, Rio Bravo de Howard Hawks, La strada de Federico Fellini et tant d’autres...

Votre réalisateur préféré ?
Sur l’ensemble de leurs carrières : Kurosawa, Woody Allen, Billy Wilder, Orson Welles, Marcel Carné, Jean Duvivier, Jean Renoir, François Truffaut, Alain Tanner, Franck Capra, John Ford, Howard Hawks, Jacques Demy, Alain Resnais, Pedro Almodovar, Guy Debord…

Et votre auteur préféré ?
Prévert, Yoda (scénariste de Mizoguchi), Monicelli, Age et Scarpelli…

Comment s’organisent vos journées ?
Je vais à des rendez-vous ou j’écris jusque vers 13 heures. Puis déjeuner (souvent professionnel) puis, quand j’ai du temps, une heure de piano, puis de nouveau écriture jusque vers 19 heures. Mais le matin ou l’après-midi sont parfois consacrés à des séances de travail avec un réalisateur ou un autre scénariste. Enfin, le soir, je vais à des projections, ou au cinéma, ou au théâtre. Je ne regarde pratiquement jamais la télévision. Et je lis beaucoup dans le métro.

Vous arrive-t-il d’être déçu de l’adaptation de l’un de vos scénarios ?
Presque toujours lorsque je n’ai pas écrit avec le réalisateur.

Comment se déroulent les relations avec les réalisateurs et les acteurs ?
Il n’y a pas de règle. Dans le meilleur des cas, j’écris avec le réalisateur, je suis invité aux lectures et sur le tournage et je rencontre les acteurs. Dans le pire, je termine le scénario sans rencontrer le réalisateur qui le prend et en fait ce qu’il veut, et je suis tout juste invité à la projection de presse.

Quels sont les avantages et les inconvénients de ce métier ?
Avantages : on est tranquille chez soi, on organise son temps comme on veut, on est relativement bien payé et personne ne me reconnaît dans la rue. Inconvénients : une frustration presque endémique, un grand sentiment de vulnérabilité et personne ne me reconnaît dans la rue.

Que pensez-vous de la façon dont sont décrits les scénaristes dans Saga de Tonino Benacquista ?
J’ai bien aimé ce livre, la réalité des scénaristes n’est presque pas exagérée.

Quelle est votre actualité ?
Un scénario de téléfilm avec Jean-Louis Lorenzi pour France 2 et la présidence de la Mutuelle des Auteurs et Compositeurs Dramatiques (MACD).

Quels sont vos projets ?
Trois projets de documentaires et un court-métrage qui vient d’obtenir une subvention et que je devrais réaliser cette année. Une comédie en long-métrage, que je réaliserai.

 

Pour faire un tour sur le site de Thierry Bourcy, c'est ici.

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu