Avertir le modérateur

vendredi, 07 mars 2008

Clovis Cornillac et Thomas Vincent

 
57ec617a428bb18e71668f99023b4db4.jpg
 
 
Lundi soir, je me suis rendue à l’avant-première du Nouveau protocole, en présence du réalisateur et de l’acteur principal. Thomas Vincent, très à l’aise, répondait avec humour aux questions du public, dans une ambiance bon enfant. Quant à Clovis Cornillac, il a eu davantage de mal à se détendre – il faut dire que les commentaires négatifs ne manquaient pas concernant son interprétation d’Astérix ! Les deux hommes sont revenus sur la genèse du scénario et les choix effectués dans le film. Il sortira le 19 mars.
 
7a30b077924cbbf0352217fb525bf855.jpg Quelle est la part des faits réels et fictifs dans votre film ?
Thomas Vincent : L’histoire est une fiction. Le laboratoire pharmaceutique au cœur de l’intrigue n’existe pas. En revanche, tous les faits dont parlent Diane et William sont réels. Ils sont parus dans la presse.

Comment a réagi l’industrie pharmaceutique ?
Thomas Vincent : Elle a demandé à visionner le film. Elle n’a pas trop aimé la démarche mais elle ne peut pas faire grand chose (rires). Cependant, je ne fais pas partie de ces réalisateurs qui croient qu’ils vont changer la monde !

Ne craignez-vous pas que certains spectateurs ne fassent pas la part des choses ?
Thomas Vincent : Tout le monde sait que les médicaments soignent vraiment (rires). Pourtant, il existe certaines dérives. Pour rendre des entreprises rentables, on fabrique des maladies de riches qui n’ont pas vraiment lieu d’être alors qu’on devrait s’occuper des véritables maladies des gens.

Pourquoi avoir créé un personnage principal totalement ignorant ?6342f34443f3c2d246e3ac834a7466e1.jpg
Thomas Vincent : On voulait faire un film qui ouvre le débat mais sans viser un public restreint déjà acquis à notre cause. Il fallait donc un film dans lequel on entre rapidement. D’où le système du thriller avec des choses déjà vues. A partir de ces facilités, on pouvait entraîner les spectateurs vers quelque chose de plus inattendu.

Quel a été le planning pour faire le film ?
Thomas Vincent : En septembre 2005, Eric Besnard a écrit une première version du scénario. Il s’est documenté à partir de toutes les sources disponibles et a rencontré quelques "taupes" - qui ont notamment inspiré le personnage de William. En mars 2006, j’ai continué le scénario et travaillé sur le financement. De février à mai 2007, nous avons tourné. Et jusqu’à décembre 2007, nous avons réalisé le montage et les effets spéciaux.

45cb02218c15ef23686a40a2dc5289bb.jpgComment passe-t-on de Astérix au Nouveau Protocole ?
Clovis Cornillac : C’est le hasard des sorties ! De la même façon, j’ai terminé Scorpion un samedi avant d’enchaîner sur Astérix aux Jeux Olympiques le lundi (rires). Plus c’est loin, plus je prends du plaisir ! J’aime passer d’un univers à l’autre, pour ne pas avoir l’impression de reproduire quelque chose.

Pensez-vous passer de l’autre côté de la caméra ?103a893b8bd0b5aafd351a1f2f599028.jpg
Clovis Cornillac : Non, j’aurais beaucoup de mal. Je n’ai pas de goût ! Je n’ai aucune notion du cadre ou de la narration. Je ne me sens à ma place qu’en jouant. Le seul cas que j’imagine serait si j’ai une histoire qui me tient à cœur et que personne ne veut porter à l’écran. Je me sentirais obligé de réaliser le film.

Commentaires

Bonjour,
je découvre votre blog sur le cinéma, beaucoup d'articles, des interviews bien menées, des critiques instructives...c'est vivant et sympa...
SB.

Écrit par : SB. | dimanche, 09 mars 2008

Merci beaucoup pour votre commentaire très gentil !

Écrit par : Audrey | dimanche, 09 mars 2008

Pouvez-vous me donner un résumé du synopsis de "l'amour prisonnier".
Je cherche le tître d'un film avec clovis cornillac, où il était question de la trahison d'un homme qui envoya son frère homosexuel dans un camp nazi, et qui en revint après avoir subi une lobotomie. Merci
MB Cohen-bacri

Écrit par : cohen-bacri | samedi, 15 novembre 2008

Il s'agit d'"Un amour à taire" de Christian Faure (2005). L'histoire de Jean, homosexuel, trahi par son frère, qui va connaître la déportation et les camps de concentration. C'est Jérémie Renier et non Clovis Cornillac qui interprète le rôle-titre.
Et "L'Amour prisonnier" n'existe pas. A votre service :-)

Écrit par : Audrey | samedi, 15 novembre 2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu